Rencontre-lecture autour de Sony Labou Tansi

« J’écris – ou je crie – pour qu’il fasse homme en moi. »

Mercredi 15 juin 2016, à 18h
Bibliothèque théâtrale Guy Parigot (16, rue Papu -Rennes)

Gratuit

L'oeuvre encore trop méconnue de Sony Labou Tansi, auteur congolais décédé en 1995, revient sur le devant de la scène avec de nombreuses publications récentes chez Lansmann et les Solitaires Intempestifs.

Nous vous proposons une rencontre/lecture avec les acteurs de l’atelier et en présence de Julie Peghini, anthropologue, co-directrice de La Chair et l’Idée, Sony Labou Tansi en scène(s), éd. Les solitaires Intempestifs, 2015.

« Peut-être pourrais-je dire que ce n’est pas moi qui écris, mais l’autre moi. Moi qui raisonne n’a pas grand chose à voir avec moi qui écris. Simplement parce que l’art ne raisonne pas : il respire. N’empêche bien entendu que, si j’ose dire, le but de l’homme c’est l’homme. Même pas l’art. Tous ses efforts tendent vers la vie. A mon sens la vie mérite notre entière attention. Et franchement j’ai honte quand je vois des gens mettre leur vie à prendre du fric, à jeter à l’eau des sexes, à dire que les vins sont bons ou mauvais, à tuer, je veux dire les gens passent leur temps à se casser la vie. Le comble à ce moment-là est qu’ils ne semblent pas trouver meilleure matière d’être en vie. C’est dommage. En fait, il est d’abord question d’être vivant. De le rester jusqu’à la mort. Ne pas vivre au rabais. »

            Sony Labou Tansi, Entretien avec Guy Daninos, L’Afrique littéraire, n°57, 1980

 

Cette rencontre s'inscrit dans le cadre des Ateliers Ouverts de l'ADEC.

Un article d'RFI pour découvir Sony Labou Tansi : ICI