Chargement Évènements

Théâtrosphère : Sorcières et théâtre

Date :
jeudi 9 février 2023
Heure :
17h00 - 18h00
Lieu :
Bibliothèque de l’ADEC
Prix :
Gratuit

Rencontrez des porteur·se·s de projets de l’Arène théâtre, échangez autour de leurs créations, découvrez des textes de théâtre à partir d’une thématique !
Cette session, le thème sera Sorcières et théâtre, autour du projet de Léon : “Médée.s”
Gratuit et ouvert à toutes et à tous

Bibliothèque de l’ADEC
16 rue Papu
Rennes, 35000 France
+ Google Map
Téléphone :
02 23 46 37 81

Retrouvez toutes les dates des prochains Théâtrosphère ici
Cette année, les rendez-vous auront lieu un jeudi par mois, de 17h à 18h

Pour en savoir plus sur le projet de “Médée.s” de Léon

“On pourrait résumer le projet d’une manière extrêmement condensée qui est
la suivante : travailler sur un mythe à travers ses différentes réécritures, de la
genèse antique à l’extrême contemporain, dans une perspective littéraire et
théâtrale.
Il s’agit en l’occurrence d’aborder dramaturgiquement les différentes figures
de Médée, un personnage issu de la mythologie grecque qui fascine les auteurs et le
public depuis le cinquième siècle avant J.-C., ne cessant d’être mis à jour et d’être
relu.
A l’instar de Claude Levi Strauss, je considère qu’il n’existe pas une Médée,
mais plusieurs, toutes pièces d’un même puzzle interminable, dont aucune pièce ne
sera jamais la dernière. Le mythe de Médée n’appartient pas à Euripide mais à
toutes celles et tous ceux qui souhaitent s’en emparer. Par sa définition, un mythe
est un patrimoine commun qui se construit par la déformation et la prise de risque.
Avoir la volonté de mettre en scène un panel d’écritures dramaturgiques
différentes au sein d’un même spectacle est une prise de risque, mais qui a dit que
le théâtre était confortable ?
Ainsi, bien que cela puisse paraître audacieux, le texte final du spectacle
n’existe pas. Je ne compte pas l’écrire, mais le construire, à travers les écritures
existantes du mythe à ma disposition. J’ai pour cela établi un corpus d’œuvres, qui
pourra s’affiner au fur et à mesure des répétitions en un corpus d’extraits, formant
une traversée non-chronologique des différentes Médée existantes.
Cette proposition théâtrale porte donc en sa souche une dimension
expérimentale. Il s’agit de travailler sur différentes écritures avec les futures
comédien-nes, celle d’Euripide comme celle de Christa Wolf, celle de Laurent Gaudé
comme celle de Corneille ou de Heiner Müller. Certaines rencontres théâtrales se

feront, d’autres ne se feront pas. Étant donné qu’il s’agit de ma première mise en
scène, je souhaite avoir un champ d’expérimentation avant de passer à la création
brute de ce que sera finalement la représentation.
Je ne souhaite pas proposer un spectacle d’une durée supérieure à une
heure. En effet, la qualité du travail de recherche et de création au plateau ne me
semblent pas négligeables. Nous passerons peut-être beaucoup de temps à
travailler des textes qui ne seront pas joués au plateau devant un public : ce n’est
pas grave ; ils seront l’invisible ciment qui vient consolider les pierres apparentes. Je
crois que le théâtre est un art de la patience, et je souhaite prendre mon temps.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *